Vielle ville historique Monschau

Monschau

Partager:

La ville a été fondée vers 1195 et doit son appellation au château qui se dressait sur une hauteur surplombant la Rur. Elle est évoquée pour la première fois en 1198 sous le nom de Mons Ioci. A la fin du Moyen-âge et au début de la Renaissance, c’est l’orthographe « Monjoye » qui prévaut. Elle est remplacée par « Montjoie » vers 1800, époque de l’occupation de la Rhénanie par la France. A l’automne 1918, suite à la défaite lors de la Première Guerre mondiale et à la francophobie qu’elle a générée, le nom de la ville a été germanisé en « Monschau » par décret officiel. Le château de Monschau a été édifié à son emplacement actuel vers la fin du XIIe siècle par les ducs de Limbourg. C’était la troisième forteresse, après le Reichenstein (aujourd’hui un monastère sur la Rur entre Mützenich et Kalterherberg) et celle de Monschau (ruine Haller, au confluent du Laufenbach et de la Rur). Le château n’a cessé d’être agrandi jusqu’au XVIIe siècle. Sous les Monschau-Valkenbourgeois, il a fait l’objet d’une importante extension, avec notamment la construction d’une partie antérieure dotée d’une grande chapelle. Un mur d’enceinte fut érigé autour des habitations apparues progressivement côté est, au pied de l’éminence sur laquelle se dressait le château. On entrait dans cette bourgade par trois portes percées dans la muraille. L’évolution administrative progressa avec hésitation et l’entretien de la fortification fut assuré par un impôt introduit en 1489. La guerre de Geldern s’est achevée avec la prise de Monschau par les troupes impériales en 1543. Le château fut considérablement endommagé, la ville quasi complètement détruite, à l’exception du « Turmhaus » de la porte « Achterpforte ». C’est seulement au fil de la reconstruction que l’habitat fut étendu au nord, vers le Laufenbach au de-là du mur d’enceinte, et en aval de la rivière à son confluent avec la Rur. Durant la querelle de succession du duché de Jülich en 1609 - occupé par les Brandebourgeois dans un premier temps -, la conquête de la ville et du château par les Espagnols en 1622 aida Wolfgang-Wilhelm de l’Etat du Palatinat-Neubourg à s’imposer définitivement. Ce fut le début de l’essor de Monschau vers plus de qualités urbaines, d’autant plus que la ville et ses environs auront été largement préservés de la destruction et du pillage qui sévirent lors de la guerre de Trente ans et des conflits consécutifs. La preuve en est fournie entre autres par l’introduction de factures communales, un sceau communal propre, la création d’une école élémentaire, la construction d’un Hôtel de Ville en 1654, ainsi que la mise en place en 1639 d’une paroisse autonome, émancipée de celle de Konzen et dotée de sa propre église (inaugurée en 1650). Lors de la Seconde Guerre mondiale, Monschau a subi peu de dommages grâce aux soldats américains arrivés rapidement dès septembre 1944, contrairement aux localités environnantes qui connurent quant à elles de violents combats. Ville des drapiers Eloignée des voies de passage et des conflits armés, au XVIIe siècle la ville a pu sans grande difficulté mettre en place l’infrastructure nécessaire au développement de la production d’un tissu de laine de grande qualité. Contrairement à une opinion souvent répandue, ce ne sont pas les persécutés religieux fuyant Aix-la-Chapelle qui ont lancé ce nouvel artisanat, mais des familles autochtones (Schmitz à Monschau, Offermann à Imgenbroich). Ces artisans ont transformé la laine du mouton espagnol mérinos dès les premières décennies du XVIIIe siècle. Mais ils avaient bien du mal à vendre leurs produits compte tenu de l’absence d’un marché local et des privilèges dont jouissaient les ateliers de production plus anciens sis dans le duché de Jülich. La percée vers une reconnaissance à l’échelle européenne de la fabrication de drap fin est tout le mérite de Johann Heinrich Scheibler (1705-1765) : ce grand chef d’entreprise parvint à surmonter les handicaps territoriaux du colportage en participant à d’importantes foires commerciales, et fit du drap de Monschau un produit de marque. La fabrication de ce fin tissu de laine connut son apogée dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Cette époque de la production industrielle se caractérise par le passage progressif d’une fabrication dispersée au début en un processus concentré réunissant toutes les étapes de travail dans une usine, ce qui représentait un progrès considérable. La qualité de l’habitat dans le cœur historique de la ville au temps des drapiers aux XVIIe et XVIIIe siècles est restée en grande partie intacte, comme le prouvent des habitations - aussi prestigieuses que le « Rotes Haus » et le « Haus Troistorf » devenues des musées - qui étaient en même temps des ateliers de fabrication, ainsi que de plus grands lieux de production dans le vieux centre-ville. Si l’entrée des troupes révolutionnaires françaises en 1794 a, dans un premier temps, considérablement affecté l’activité drapière, en raison de confiscations et de la perte d’anciens marchés, cela a par contre accéléré, vers l’an 1800, la modernisation et la mécanisation des ateliers encore en place. Mais la consolidation réussie fut sensiblement gênée ultérieurement par l’annexion à la Prusse. En dépit de sursauts occasionnels, au XIXe siècle la fabrication drapière n’a pas pu renouer avec ses succès du siècle précédent. Certains industriels ont émigré en Europe de l’Est (Lodz, Brünn), tandis que d’autres se sont tournés vers divers segments de la production textile (par exemple la filature, la laine artificielle et la soie synthétique). A partir du milieu du XIXe siècle Monschau, ville d’implantation artisanale, a raté le train de l’évolution industrielle. Et même l’inauguration de la ligne ferroviaire des fagnes à Aix-la-Chapelle (1885) n’a pu stopper cette tendance. La démographie n’a cessé de baisser au XIXe siècle, passant de 3020 habitants en 1816 à 1865 en 1905. La dernière usine de drap a fermé ses portes en 1908, le reste de l’activité textile s’est définitivement éteint dans les années 1960.

En un coup d'oeil

Heures d´ouverture

  • de 1. janvier à 1. janvier

    La vieille ville historique de Monschau est librement accessible et peut être visitée toute la journée.

Lieu

Monschau

Contact

Monschau-Touristik GmbH
Stadtstraße 16
52156 Monschau
Téléphone: (0049) 2472 80480
Fax: (0049) 2472 4534

Accès au site webRédiger un e-mail

Planifier votre itinéraire

Afficher le trajet via google maps

Voyage avec Deutsche Bahn (en train)

Cela pourrait vous intéresser également

Haus Troistorff, © Monschau-Touristik GmbH

Haus Troistorff

C’est l’architecte aixois Couven qui érigea cette maison en 1783 pour le drapier M. P. W. Troistorff, sur le modèle des autres habitations cossues de la bourgeoisie de l’époque. Il s’agit donc d’une bâtisse à colombages, crépie et pourvue d’ornements. Le bois des portes surmontées d’impostes est richement ciselé, les travaux de ferronnerie des balustrades d’escaliers et de balcons témoignent du luxe et de la richesse dont jouissaient les propriétaires de l’époque.