Burg Kerpen

Burg Kerpen

Kerpen

Le château a été mentionné pour la première fois en 1136. De 1911 à 1941, le château de Kerpen a été la patrie du célèbre peintre de l'Eifel Fritz von Wille, dont la tombe se trouve au-dessus du château. Alfred Andersch a vécu plusieurs années au château de Kerpen après la Seconde Guerre mondiale. L'ancienne chapelle du château, datant du 16ème siècle, se trouve à l'entrée de la porte ouest. Le maître-autel date de 1791, les peintures et les parties latérales sculptées de 1665.

Là où les Ardennes et l'Eifel se fondent l'une dans l'autre, l'imposante construction du Moyen-Âge trône à 500 mètres d'altitude au-dessus du village idyllique de Kerpen.

Le château a été le siège de familles de comtes et le théâtre de guerres.
Pendant des années, il a été la patrie du célèbre peintre paysagiste Fritz von Wille et du célèbre écrivain d'après-guerre Alfred Andersch.


Le château est actuellement une propriété privée et ne peut être visité que de l'extérieur.
 

mehr lesen

Partager:

En un coup d'oeil

Heures d´ouverture

  • de 1. janvier à 1. janvier

Le château est une propriété privée et ne peut être vu que de l'extérieur.

Lieu

Kerpen

Contact

Burg Kerpen
Burg 1
54578 Kerpen
Téléphone: +49 6591 133300

Accès au site webRédiger un e-mail

Ouvrir le carte

Bitte akzeptieren Sie den Einsatz aller Cookies, um den Inhalt dieser Seite sehen zu können.

Alle Cookies Freigeben

Planifier votre itinéraire

per Google Maps

Cela pourrait vous intéresser également

LVR_KuLaDigkeltisch-römischen Kultstätte „Judenkir, © Benjamin Keul, Universität Koblenz-Landau

Keltisch-Römische Tempelanlage Juddekirchhof

Le Romain Marcus Victorius Polentius fonda sur le plateau de Munterley en 124 apr. J.-C. un temple dédié à la déesse Caiva, probablement en remerciement d'une bataille victorieuse. Le lieu de culte est aujourd'hui populairement appelé "Juddekirchhof". Le nom vient de "Joddekirchhoff", c'est-à-dire "cour autour de l'église (sanctuaire) des Jodd", où "Jodd" est synonyme de "patine baptismale". Les matronnes celtiques avaient à peu près les mêmes fonctions que les patines de baptême catholiques.